Colette BRUNSCHWIG 

Invitation au vernissage, "Caillou Blanc pour Paul Celan", novembre 2014

press to zoom

Encre et acrylique sur papier, 36 x 25 cm, 1979 (Extrait de Caillou blanc pour Paul Celan)

press to zoom

Encre et acrylique sur papier, 36 x 25 cm, 1979 (Extrait de Caillou blanc pour Paul Celan)

press to zoom

Encre et acrylique sur papier, 36 x 25 cm, 1979 (Extrait de Caillou blanc pour Paul Celan)

press to zoom

Encre et acrylique sur papier, 36 x 25 cm, 1979 (Extrait de Caillou blanc pour Paul Celan)

press to zoom
press to zoom

Encre, caséine et acrylique sur papier, 57 x 60 cm, 2013

press to zoom
press to zoom

Collage encre et acrylique sur carton, 36 x 25 cm, 1979

press to zoom

Colette Brunschwig et Michael Lonsdale lors du vernissage (jeudi 13 novembre 2014)

press to zoom
1/1

C.Brunschwig et M.Lonsdale, vernissage à la galerie, nov.2014

"Caillou blanc pour Paul Celan" - 17 collages

Exposition du 6 au 29 novembre 2014

Vernisssage en présence de l'artiste

Lecture du poème "La Rose de personne" par Michael Lonsdale

Née au Havre en 1927, où Colette Brunschwig passe son enfance.

Les années de son adolescence sont aussi celles de la guerre ; elle quitte sa ville natale pour le sud de la France. Dans le Paris de 1945, elle est confrontée à un monde chaviré auquel l’art va à nouveau essayer de donner forme. Sa propre formation, comme celle de ses contemporains, sera marquée de ce sceau.

Multiples et variées seront les réponses à cette confrontation désertique. La voie qu’elle choisira – et qu’elle poursuivra – devra beaucoup à l’héritage du Surréalisme. 

Ce mouvement, qui fut l’un des derniers états de l’art avant la guerre, a fonctionné différemment après celle-ci. Si d’aucuns – tels Michaux et Masson – lui donnent suite en pratiquant l’écriture automatique, d’autres vident cette écriture et la rendent «lyrique». 

En refusant cette instantanéité du geste, Colette Brunschwig va chercher à introduire une dimension temporelle, un jeu de superpositions au coeur duquel une nouvelle forme pourrait apparaître. 

L’art chinois, entre écriture et image, l’aidera à trouver son moyen d’expression. Elle n’en continuera pas moins à développer l’autre versant de son oeuvre par les techniques traditionnelles de la peinture (huile ou acrylique).

Source : http://www.colette-brunschwig.com/